Manifestation, le coup de force du mouvement des free parties

Retour complet sur la manifestive nationale du 18 mars 2017. Manifestation du mouvement des free parties contre la répression, les abus d’autorité, les saisies de matériel… 


Presque mieux organisés que les grands syndicats du territoire, les teuffeurs ont manifesté dans 7 grandes villes de France. Plusieurs dizaines de milliers de personnes au total sont venues arpenter les centres villes, au son de la musique techno pour cette manifestive qui comme son nom l’indique, se voulait avant tout, un grand moment de fête.

Quelques centaines de personnes à Strasbourg et Clermont-Ferrand, 5000 à Nantes et Toulouse, 8000 à Lyon et presque 10 000 à Paris. C’est près de 20 à 30 000 personnes (chiffres à confirmer dans les prochaines heures) qui se sont mobilisées pour dénoncer les répressions et les saisies de matériel que subissent les acteurs du mouvement des free parties. Au delà de défendre une culture musicale, c’est aussi un combat pour les libertés individuelles et la liberté d’expression de chacun.

Mouvances Libres était présent à Paris et à Toulouse… Etat des lieux.

PARIS

manifestive kiab photo

13h00
Une bonne dizaine de chars ont investi les abords de la place Denfert-Rochereau. Les sound systems (groupes de musiques), les collectifs et associations préparent leurs véhicules, dont ils ont équipé le plateau ou la cabine avec de puissantes sonorisations pour faire vibrer les watts. On peut lire sur les banderoles : « Dialogue, rompu avec les corrompus », « Tu saisis, on agit », « Des fois saisis, jamais soumis »…

14h00
Beaucoup de monde affluent des rues et des stations de métro alentours et le cortège démarre tranquillement en direction de la Place d’Italie, première étape de ce parcourt de 4 kilomètres au total. Un service d’ordre et de propreté est mis en place par les organisateurs. Ambiance très festive et colorée dès le départ, malgré la météo qui n’est pas au beau fixe avec un temps gris, venteux et très légèrement pluvieux par moment (un bon temps de merde quoi). Mais pas de quoi arrêter ce peuple qui danse. Niveau son et musique électronique, il y en a pour tous les goûts. De la techno pouette pouette, minimal, progressive, à la grosse mental tribe, hardcore, ou terror… ça envoie du bois en centre ville (ça pète grave quoi) ! et ça fait trembler les vitrines aux rideaux métalliques qui se baissent au passage des manifestants, pourtant joyeux et souriants.

Il y a même un stand de réduction des risques, avec le camion d’une association très connue pour ces interventions dans les free parties un peu partout en France.

Techno+ association de RDR copie

Le cortège est organisé et encadré par un service d’ordre aux gilets jaune et orange fluo. Un service pour le ramassage des déchets, pas de débordement à l’image des teufeurs et de leurs soirées, qui en général se passent bien.

16h00
Passage et arrêt à Place d’Italie. Interruption de la musique et discourt engagé des organisateurs en place publique…  Le cortège repart et se dirige vers le point d’impact.

17h00
Arrivé du cortège Avenue de France entre la bibliothèque François Mitterrand et le Ministère de la Jeunesse et des Sports, où la manifestation se terminera un peu après 18h…

Du début à la fin, cette manifestive s’est très bien déroulée. Peu de forces de police présentes sur place, hormis pour encadrer la manifestation. Cela change des 20 véhicules de CRS déployés il y a 2 ans, au même endroit avec dix fois moins de monde. Et tout c’est passé dans l’ordre et le respect. Une réussite pour les organisateurs et les amateurs de cette culture libre qui se dirigeront le soir même vers une destination tenue secrète pour y organiser une « after manifestive » enfin une free party… RaveON.

(Clique sur le lien ci-dessous pour continuer la lecture en musique, réalisée par D@soon avec le discours qui a eu lieu Place d’Italie à Paris)

TOULOUSE

freeformimg

Photo Freeform

13h00
Rassemblement des différents collectifs et sound systems à Cour Duillon, près de la Garonne et du Pont Neuf. Le public s’amasse petit à petit, le départ ne va pas tarder à sonner.

14h00
Départ du cortège, composé de près de dix chars de tailles différentes, d’une camionnette Aide&Action et d’un camion pour auto-géré les déchets. De nombreux bénévoles se sont mobilisés pour encadrer l’événement, avec une présence de la police légère, affairée à la circulation autour de la parade.
Le convois traverse le quartier Saint-Cyprien et la place de la République, puis empreinte les allées Charles-de-Fitte en brandissant de nombreux slogans et revendications, sur des banderoles accrochées aux camions ou sur des pancartes tenues par les manifestants.

15h00
Les différents chars proposent une large palette de musique électronique : techno, trance, tribe, hardcore et acid, il y en a pour tous les goûts, à tous moments.
Le public est de plus en plus présent et se regroupe derrières les façades, alors que le défilé s’emmanche sur le Pont Saint-Michel en direction du Palais de Justice et traverse ainsi la Garonne. La ligne de tramway a été coupée pour l’occasion.

IMG_20170318_161953

Discours revendicatifs

16h30
Le convois est à présent sur l’allée Jules Guesde et s’arrête devant le Museum de Toulouse, proche du Jardin des Plantes. La musique se stoppe et un discours se fait entendre sur le char des No System. Demandes, revendications, ras-le-bol, les différents états des lieux du mouvement free party sont évoqués, à l’encontre de la répression soulevée par les autorités.

17h00 à 18h00
Les 5000 personnes présentes entament la dernière boucle du trajet, en faisant le tour du Grand Rond, puis font un aller retour dans les allées François Verdier, à double sens, pour revenir au Grand Rond. Les chars s’immobilisent une dernière demi-heure, pour ensuite couper le son et partir un à un… vers un futur after ?

Un trajet total de 4 kilomètres a été parcouru durant l’après midi, au son de la musique techno. Un public nombreux, des passants intrigués, des revendications, de la bonne humeur, de l’auto-gestion et des sourires. Un bel après-midi de mars pour le mouvement free.

After Manifestive
Suite au défilé dans le centre de Toulouse, les organisateurs et le public s’étaient donnés rendez-vous pour un after digne de ce nom ! Des mini-flyers tournent durant la manif, puis le point de rassemblement est lâché sur un parking en périphérie de la ville.
8 façades de confirmées, sur un énorme terrain composé de plusieurs hangars, construits de briques rouges et de tôle, totalement vides. Un afflux conséquent de voitures et de camions se dirige à seulement 30 kilomètres au nord de Toulouse.
2000 personnes parviennent finalement à atteindre le site, après de nombreux bouchons, alors que les différents sound systems allument progressivement leur sono jusqu’aux alentours de 3 heures du matin. Le soleil pointe son nez dans la matinée, alors que le son coupe à 14 heures, horaire convenu avec les autorités. Aucune de saisie à déplorer, les organisateurs sont bien rentrés avec le matériel.

Pour compléter cet article avec vos contributions, MERCI de nous envoyer vos textes et photos pour les manifestives de Nantes, Strasbourg, Marseille, Clermont-Ferrand et Lyon à l’adresse : mouvanceslibres@gmail.com

 

Article : Manifestation le coup de force du mouvement des free parties

Réalisation : Jean THOMAS (Paris) et Wanderer (Toulouse)

Photos : Jean THOMAS, Kiab, Wanderer, Freeform

Vidéo : Jean THOMAS, Collectif Auto Média Etudiant

Son : D@ Soon

Mouvances Libres

Un commentaire

Votre avis sur cet article

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s